samedi 29 avril 2017

consignes de vote des pipoles aux ploucs











Est-il possible de rédiger un billet avec 3 couvertures de livres pour expliquer l’effet de halo ? Faisons l’essai !
Par Gauthier
Point de vue


Commençons par montrer 2 couvertures afin de centrer mon Point de vue.





















Ces deux couvertures cernent l’effet de halo en politique appliqué aux consignes de vote. Antoine Le Maistre traite du puritanisme électoral, apparu à la fin des années 1970 en France, suite à la création du Front National le 5 octobre 1972, sur les décombres du CNI le parti d’Antoine Pinay, et du Pétainisme collaborationniste de la seconde guerre mondiale.

La définition du puritanisme électoral serait la suivante. Le puritain entretient une relation trouble avec la sexualité en général, et avec l’expression de la sienne en particulier. Le puritain politique entretient une relation trouble avec la notion de pouvoir en général, et notamment avec la satisfaction de ses pulsions abusives en particulier. Les consignes de vote qui sont données, sans être sollicitées, traduisent le malaise du recommandeur, lequel se comporte en abuseur psychique. L’invocation d’une pseudo morale, à titre de justificatif, sert de prétexte commode pour agresser mentalement, en usant de l’effet de halo pour influencer et modifier le vote d’autres personnes. Cette action d’influence devrait être interdite, et sanctionnée, car elle abuse le choix de l’électeur, considéré comme un être immature. De la pédophilie mentale. Le puritanisme électoral caractérise l’expression d’une fausse morale. Par exemple en 2002, le parti socialiste appelait au second tour des élections présidentielles à voter Jacques Chirac. Son adversaire idéologique. Afin de faire barrage au Front National. Cette action se nommait Expression du Front Républicain. C’était l’équivalent d’un suicide, qui se traduisait aux législatives par un échec dans les urnes pour l’auteur de la consigne.

Gabrielle du Gué aborde ce thème similaire, en considérant que l’effet de halo en politique se traduit par des poussées chroniques malsaines de votes toxiques.

L’effet de halo est un biais cognitif connu depuis un siècle en psychologie. Il a servi pour assurer la promotion des réseaux sociaux à partir de 2010, notamment en répandant dans le public la fausse idée que les amis de mes amis sont mes amis. La relation n’est pas mathématiquement transitive. L’amitié n’est pas un ensemble regroupant les sous-ensembles amicaux. Tout n’est pas dans tout. Notamment les sous-ensembles inamicaux. Car l’amitié caractérise exclusivement l’expression d’une relation personnelle.

L’effet de halo fonctionne sur des informations restreintes. Prenons l’exemple de l’acteur Omar Sy et sa consigne de vote du 28 avril 2017. Les spectateurs ayant aimé le jeu de cette vedette de cinéma seront amenés à l’écouter, et suivre sa recommandation de vote, car l’effet de halo caractérise la tendance à tout aimer, ou détester, en bloc, chez une personne. Sympathies et antipathies spontanées hâtives, disponibles, dictées par l’émotion. Une réaction immédiate façonnée par la première impression. Ainsi l’intuition à tirer des conclusions hâtives amène les individus, spontanément, à se fier à l’impression ressentie par le comportement observé au cinéma. Confiance basée sur des informations limitées en se laissant exclusivement séduire par ce qui plait. Résultat d’une d’évaluation personnelle superficielle.

On trouve aussi l’expression des effets de halo chez des individus dépourvus de personnalité, notamment avec les effets de mode, et les évaluations primaires. Une femme se fait tatouer, d’autres femmes l’imitent. L’effet de halo serait un mode d’expression du panurgisme décrit par Rabelais. Un mouton se suicide en se jetant à l’eau, le troupeau suit par comportement grégaire du groupe.

En politique un pipole appelle à voter, et le panurgisme incite à l’écouter, sans réfléchir. Gabrielle du Gué fait la même observation, l’imitation en matière de vote annule chez l’électeur son identité. Psychanalytiquement elle considère qu’il s’agit d’un viol psychique. Celui d’imposer un choix contre la volonté en usant d’une autorité de séduction.

Ce propos permet d’introduire la 3ième couverture




















Le vote doit être considéré comme l’expression autorisée d’une protestation. Lorsque l’offre électorale se restreint au choix entre deux candidats, tout aussi répulsif l’un que l’autre, le vote devient alors toxique, et l’abstention s’assimile à un vote out, expression d’un épuisement démocratique. La santé mentale de l’électeur se traduit par l’accord, ou le refus, du poids des tyrannies quotidiennes qui s’exercent sur lui dans son existence. Le maire dans la commune, le patron au travail, le policier au carrefour, le député à la Chambre, le Président à la télé. Tous abusent de leurs pouvoirs en augmentant les contraintes. Jusqu’à ce que ce ne soit plus supportable.

Le vote permet de réguler ces pressions en offrant un moyen d’expression non violent.

En définitive, il est sain de la part d’un candidat battu de ne donner aucune consigne de vote à ses électeurs, lorsqu’il n’est plus dans la course. Ainsi que le fit Mélenchon. C’est respecter leurs personnalités. Quant aux pipoles, et à leurs messages de morale surjouée, il convient de leur dire pacifiquement en langage cru «on ne vous a rien demandé, foutez nous la paix» !

Zidane donne ses consignes...son job c’est entraineur de foot. Qu’il entraine des équipes. Ou qu’il change de métier et s’engage en politique s’il veut entrainer la France. Idem pour Omar Sy. Qu’il fasse des films. Pour le casting parlementaire c’est pareil, qu’il présente sa candidature à l’assemblée s’il a un projet politique, sinon qu’il se taise. Avis aux autres.


nb : trois études publiées pat Times Square Press New York
Publié avec Times Square Press Agency es qualité d'éditeur



DROITS INTELLECTUELS
le contenu de cet article est protégé par le régime du droit d'auteur
http://astroemail.com/blog/droits-intellectuels.html

dont vous trouverez le détail à l'adresse. Reproduction interdite


CARACTERE PLURALISTE DE L'EXPRESSION DES COURANTS DE PENSÉE ET D'OPINION
les textes de ce site d'informations et de renseignements juridiques à caractère documentaire sont conformes à l'article 1er de la LCEN loi du 24 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique

Le droit français considère les arts divinatoires en qualité en qualité d'exercice d'escroquerie par activité selon la définition donnée au Dalloz Pénal 2017 en commentaire de l'actuel article 313-1 définissant l'escroquerie, page 1045, notice 153.

Le même commentaire était publié en notes de l' ancien article 405 escroquerie du code Pénal Dalloz -page 589 Dalloz code Pénal 1992- 

Ce site traite, la voyance ainsi que les pratiques des arts divinatoires, en qualité d'escroquerie dès lors que, contre argent, des actes destinés à persuader les crédules, de l'existence de pouvoirs oraculaires, sont engagés.

NOR: ECOX0200175L 
Version consolidée au 04 avril 2016 
TITRE Ier : DE LA LIBERTÉ DE COMMUNICATION EN LIGNE
Chapitre Ier : La communication au public en ligne.
Article 1 
I, II, III : Paragraphes modificateurs.
IV - Ainsi qu'il est dit à l'article 1er de la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, la communication au public par voie électronique est libre.
L'exercice de cette liberté ne peut être limité que dans la mesure requise, d'une part, par le respect de la dignité de la personne humaine, de la liberté et de la propriété d'autrui, du caractère plurialiste de l'expression des courants de pensée et d'opinion et, d'autre part, par la sauvegarde de l'ordre public, par les besoins de la défense nationale, par les exigences de service public, par les contraintes techniques inhérentes aux moyens de communication, ainsi que par la nécessité, pour les services audiovisuels, de développer la production audiovisuelle.
On entend par communication au public par voie électronique toute mise à disposition du public ou de catégories de public, par un procédé de communication électronique, de signes de signaux, d'écrits, d'images, de sons ou de messages de toute nature qui n'ont pas le caractère d'une correspondance privée.
On entend par communication au public en ligne toute transmission, sur demande individuelle, de données numériques n'ayant pas un caractère de correspondance privée, par un procédé de communication électronique permettant un échange réciproque d'informations entre l'émetteur et le récepteur.

On entend par courrier électronique tout message, sous forme de texte, de voix, de son ou d'image, envoyé par un réseau public de communication, stocké sur un serveur du réseau ou dans l'équipement terminal du destinataire, jusqu'à ce que ce dernier le récupère