mercredi 29 mars 2017

Faut-il convertir les divinateurs et leurs clients?










Aux périodes d'intense imaginaire succèdent des vagues de croyance suivies, ensuite, de rémissions. Soit forcées par des excès religieux, soit par des actes de désinformation. Ou de désintérêt au motif que le laisser faire constitue un meilleur agent favorisant la dispersion. Cela avantage la promotion, et le prosélytisme, de la technologie mystificatrice.




La diffusion, mardi 28 mars 2017, sur certains médias d'extraits d'une vidéo, relative à l'exécution en plein désert de 2 personnes, passée inaperçue,ravive un sujet qui semblait oublié. Celui de la conversion de catégories de personnes, à un dogme.  

Les extrémistes islamiques ont décapité deux personnes de plus de 50 ans, au motif qu'elles étaient des hérétiques, au regard de leur religion. Quel genre d'impies? Ces personnes assuraient lire l'avenir et incitaient, selon leurs bourreaux, à s'adonner au polythéisme. Traduisons cela dans les termes de la culture occidentale : les astrologues, les voyants, les tireurs de cartes, les marabouts et tous les devinateurs sont potentiellement concernés par cet acte. Puisqu'ils professent, contre argent, faire usage d'un faux pouvoir oraculaire, leurs vies sont potentiellement menacées. Ce qui s'est passé dans le désert peut arriver en France, sans le décorum d'une exécution publique. Les assassinats d'astrologues, voyants, et autres divinateurs en France, et en Europe, pourraient caractériser une action religieuse à laquelle les autorités ne s'attendent pas. Parce que ces activités profitent du désintérêt général des pouvoirs publics, ainsi que de l'absence de surveillance. Il faudra plusieurs événèments tragiques avant que l'hypothèse religieuse constitue une piste sérieuse à prendre en compte. Fort heureusement rien de tout cela ne devrait arriver. En théorie, parce qu'en probabilité cela se calcule sous la forme d'une fraction mathématique.

L'idée d'une conversion,des divinateurs, a déjà fait l'objet d'un plan chez les catholiques, sans avoir été mis en oeuvre. Certes on connait les actions contre les sorciers et les sorcières au moyen âge, ainsi que leurs prolongements hors de France dans certains pays européens jusqu'au XVIIe siècle avec les bûchers publics. Le programme de conversion, imaginé par une organisation catholique Française, s'écarte des pratiques de l'inquisition papale. Laquelle avait des inquisiteurs dans tout le pays. A cet effet, l'un des cas les plus célèbres est celui de Louis Gauffridy, exécuté le 30 avril 1611 à Aix, qui inspirera ensuite, plusieurs siècles après le personnage de Faust. L'inquisiteur dominicain de la Sainte Baume se nommait Michaelis. On observera qu'au XXIe siècle une dénommée Michaelis exerce les tromperies divinatoires de la voyance. Un pied de nez, par homonymie, à l'inquisiteur du couvent de Saint Maximin en Provence.

L'existence des divinateurs, et de leurs commerces, posent un problème aux mouvements religieux. L'islam rigoriste exécute les impies. La suppression physique constitue une solution sans toutefois éradiquer le phénomène. La divination appartient, lorsque l'on examine les phénomènes de société, au domaine du biais cognitif dit de l'erreur de confirmation. Ce serait un "problème" de famille de pensées.

Au lieu d'exécuter les divinateurs, les religions dominantes ont suscité des substituts. C'est ainsi que Pierre de Bérulle inventa le réalisme fantastique religieux avec les anges. Il en est resté une étiologie superstitieuse sous forme de la voyance par les anges. Une expression imprévue, et détournée, du Bérullisme. Avant la SF, la science fiction des super héros, la religion catholique avait inventé la RF, la religion fantastique. Laquelle supplantait, en moins bien, le fantastique encore inégalé du Moyen äge, dont le Maître incontesté reste le peintre Jerôme Bosch.

La RF suscita l'adhésion des illuminés, dont Bérulle était le porte drapeau, sans toutefois que l'activité des divinateurs diminue. Ce fut alors que les autorités décidèrent en France d'éliminer sélectivement les principaux meneurs. Jusqu'à ce qu'un jésuite imagine de pervertir l'idéologie des divinateurs. Cet homme se nommait Jacques de Billy. Après lui la divination perdit en 1 siècle son effet d'influence sur la société. Ce qui incita Laplace à écrire que la supersition avait disparu. Puis la divination reparaissait à la fin du XIXe, et tout au long du XXe siècle avec la communication de masse. On devrait dire avec la prolifération communautaire du biais de l'erreur de confirmation.

On doit à Gérald Bronner une étude, parue en janvier 2013 dans un dossier intitulé "la santé mentale est-elle évaluable?"-1-, sous le titre internet et les croyances. Dans lequel il observait une amplification du biais de confirmation, à raison de l'existence d'un marché cognitif exclusivement dominé par les divinateurs.Ainsi il existe un oligopole de la pensée divinatrice : astrologie, voyance, crop circles, UFO soucoupes volantes,monstre du loch ness,pouvoirs mentaux télépathie super pouvoirs.Il concluait à l'absence de libre conccurence des idées. Les déformations de pensée, aux fins mercantiles prédominent.

La logique républicaine en France se traduit par le désintérêt des autorités pour les activités divinatrices. C'est aux victimes d'engager des actions, à leurs frais, soit auprès de la police, soit par voie judiciaire. La collection des décisions qui en résulte donne un aperçu global, sans que le phénomène diminue statistiquement.

Des trois méthodes mises en oeuvre : répression sanglante, sur le mode extrémisme, conversion non mise en oeuvre, et laisser aller républicain, seule l'action de Jacques de Billy eut de l'effet du XVIIIe siècle au XXe siècle. Il s'est attaqué au "croire", au coeur de la croyance plus qu'à l'effet du biais de confirmation. En somme lorsque la confirmation, ne confirme plus.

Qu'en sera-t-il avec le super ordinateur omniscient de l'intelligence artificielle des A prévu d'ici 30 ans?Des programmes de voyance en réalité augmentée avec oculus sont en cours de test. Au jeu de cartes,dépassé, une nouvelle technologie via smartphone est aussi, annoncée fin 2017. Le téléphone portable devient le support et le mode de divination usuel à raison de ses usages pratiques et quotidiens. Les modes de la divination technologique sont en cours d'élaboration afin de rempacer les sites internet dépassés. L'alliance de la superstition et de la machine.          




φclaude thebault 29/03/2017







1-SPS 303

DROITS INTELLECTUELS
le contenu de cet article est protégé par le régime du droit d'auteur
http://astroemail.com/blog/droits-intellectuels.html
dont vous trouverez le détail à l'adresse. Reproduction interdite
CARACTERE PLURALISTE DE L'EXPRESSION DES COURANTS DE PENSÉE ET D'OPINION
les textes de ce site d'informations et de renseignements juridiques à caractère documentaire sont conformes à l'article 1er de la LCEN loi du 24 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique
Le droit français considère les arts divinatoires en qualité en qualité d'exercice d'escroquerie par activité selon la définition donnée au Dalloz Pénal 2017 en commentaire de l'actuel article 313-1 définissant l'escroquerie, page 1045, notice 153.
Le même commentaire était publié en notes de l' ancien article 405 escroquerie du code Pénal Dalloz -page 589 Dalloz code Pénal 1992-

Ce site traite, la voyance ainsi que les pratiques des arts divinatoires, en qualité d'escroquerie dès lors que, contre argent, des actes destinés à persuader les crédules, de l'existence de pouvoirs oraculaires, sont engagés.

NOR: ECOX0200175L
Version consolidée au 04 avril 2016
TITRE Ier : DE LA LIBERTÉ DE COMMUNICATION EN LIGNE
Chapitre Ier : La communication au public en ligne.
Article 1
I, II, III : Paragraphes modificateurs.
IV - Ainsi qu'il est dit à l'article 1er de la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, la communication au public par voie électronique est libre.
L'exercice de cette liberté ne peut être limité que dans la mesure requise, d'une part, par le respect de la dignité de la personne humaine, de la liberté et de la propriété d'autrui, du caractère plurialiste de l'expression des courants de pensée et d'opinion et, d'autre part, par la sauvegarde de l'ordre public, par les besoins de la défense nationale, par les exigences de service public, par les contraintes techniques inhérentes aux moyens de communication, ainsi que par la nécessité, pour les services audiovisuels, de développer la production audiovisuelle.
On entend par communication au public par voie électronique toute mise à disposition du public ou de catégories de public, par un procédé de communication électronique, de signes de signaux, d'écrits, d'images, de sons ou de messages de toute nature qui n'ont pas le caractère d'une correspondance privée.
On entend par communication au public en ligne toute transmission, sur demande individuelle, de données numériques n'ayant pas un caractère de correspondance privée, par un procédé de communication électronique permettant un échange réciproque d'informations entre l'émetteur et le récepteur.
On entend par courrier électronique tout message, sous forme de texte, de voix, de son ou d'image, envoyé par un réseau public de communication, stocké sur un serveur du réseau ou dans l'équipement terminal du destinataire, jusqu'à ce que ce dernier le récupère.