lundi 13 novembre 2017

MORTELLES PREDICTIONS



Les prédictions mortelles sont peu documentées au XXIe siècle. Le cas signalé par la presse, le 2 novembre 2017, survenu à Thionville, constitue la seconde espèce du genre en 10 ans. Une mère de famille de 35 ans, prospectée par la campagne de marketing téléphonique d’une voyante du Tarn et Garonne, recevait la prédiction de sa mort prochaine dans 3 mois, en février 2018. Choquée par cette nouvelle, et de nature anxieuse, cette femme consultait un cardiologue car la prédiction se rapportait à un arrêt cardiaque. Le diagnostic infirmant la voyante, celle-ci renchérissait en mettant en doute la compétence du médecin. Une psychologue consultée conseillait à la Thionvilloise de déposer une main courante pour menaces. La voyante, vraisemblablement conseillée par les artisans de lumière de New York, se fait depuis porter pâle.
Les prédictions mortelles se rapportent à une pratique ancienne, d’origine musulmane, anti chrétienne, tombée dans l’oubli. Le cas célèbre le plus connu est celui de la prédiction de la mort du mathématicien et astronome du Collège de France, Pierre Gassendi, par Jean Baptiste Morin de Villefranche. Prédiction qui échoua lamentablement, et pour laquelle Morin fit l’objet d’une importante campagne de presse menée à Lyon contre ses écrits en 1649.
L’ouvrage à paraître, d’un inquisiteur, ayant torturé sous la Question Extraordinaire plusieurs astrologues et faux voyants, rapporte dans 2 chapitres à paraître en 2018, les pratiques, et les techniques, développées par les arabes musulmans pour manipuler mentalement les élites chrétiennes en Europe et les détruire par la superstition.



DROITS INTELLECTUELS
le contenu de cet article est protégé par le régime du droit d'auteur
http://astroemail.com/blog/droits-intellectuels.html
dont vous trouverez le détail à l'adresse. Reproduction interdite

CARACTERE PLURALISTE DE L'EXPRESSION DES COURANTS DE PENSÉE ET D'OPINION
les textes de ce site d'informations et de renseignements juridiques à caractère documentaire sont conformes à l'article 1er de la LCEN loi du 24 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique
Le droit français considère les arts divinatoires en qualité en qualité d'exercice d'escroquerie par activité selon la définition donnée au Dalloz Pénal 2017 en commentaire de l'actuel article 313-1 définissant l'escroquerie, page 1045, notice 153.
Le même commentaire était publié en notes de l' ancien article 405 escroquerie du code Pénal Dalloz -page 589 Dalloz code Pénal 1992-

Ce site traite, la voyance ainsi que les pratiques des arts divinatoires, en qualité d'escroquerie dès lors que, contre argent, des actes destinés à persuader les crédules, de l'existence de pouvoirs oraculaires, sont engagés.

NOR: ECOX0200175L
Version consolidée au 04 avril 2016
TITRE Ier : DE LA LIBERTÉ DE COMMUNICATION EN LIGNE
Chapitre Ier : La communication au public en ligne.
Article 1
I, II, III : Paragraphes modificateurs.
IV - Ainsi qu'il est dit à l'article 1er de la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, la communication au public par voie électronique est libre.
L'exercice de cette liberté ne peut être limité que dans la mesure requise, d'une part, par le respect de la dignité de la personne humaine, de la liberté et de la propriété d'autrui, du caractère plurialiste de l'expression des courants de pensée et d'opinion et, d'autre part, par la sauvegarde de l'ordre public, par les besoins de la défense nationale, par les exigences de service public, par les contraintes techniques inhérentes aux moyens de communication, ainsi que par la nécessité, pour les services audiovisuels, de développer la production audiovisuelle.
On entend par communication au public par voie électronique toute mise à disposition du public ou de catégories de public, par un procédé de communication électronique, de signes de signaux, d'écrits, d'images, de sons ou de messages de toute nature qui n'ont pas le caractère d'une correspondance privée.
On entend par communication au public en ligne toute transmission, sur demande individuelle, de données numériques n'ayant pas un caractère de correspondance privée, par un procédé de communication électronique permettant un échange réciproque d'informations entre l'émetteur et le récepteur.
On entend par courrier électronique tout message, sous forme de texte, de voix, de son ou d'image, envoyé par un réseau public de communication, stocké sur un serveur du réseau ou dans l'équipement terminal du destinataire, jusqu'à ce que ce dernier le récupère