dimanche 23 décembre 2018

DIVORCE DES VOYANTES : 2 CAS SUPPLEMENTAIRES


DIVORCE DES VOYANTES
2 cas supplémentaires
suite de l'article publié en août 2018 sur astroemail


2 cas supplémentaires s’ajoutent à notre base « divorces des voyantes », constituée de décisions des juges aux affaires matrimoniales, et des appels éventuels de leurs décisions. L’analyse de ces décisions permettait, fin août 2018, d’établir un premier profil. D’où il ressortait que les voyantes, au regard de leurs vies affectives personnelles, sont moins bonnes conseillères en amour qu’on ne pouvait le penser. Les voyantes vivent l’amour par procuration, en développant des attirances lesbiennes avec leurs clientes, sous forme de « projection » au sens de leurs pulsions sexuelles. Elles incitent les partenaires d’un couple à rechercher, et accumuler, des aventures sans lendemain. Les voyantes se comportent en mauvaises conseillères irresponsables, incitant à briser les couples formés..

Causes de la séparation
-Le 1er cas se rapporte à un couple ayant eu 26 ans de durée de vie commune, de 1977 à 2003. Divorce demandé par la voyante, âge non précisé, vraisemblablement la quarantaine. 4 enfants, le plus âgé 24 ans, et la plus jeune 15. Des enfants mis au monde entre 1979 et 1988. Entre 20 et 30 ans pour déterminer l’âge de la mère.
Il ressort que la voyante refaisait sa vie avec un magnétiseur radiesthésiste. Décision ajoutant un argument supplémentaire à l’observation selon laquelle les pratiques divinatoires perturbent l’équilibre des ménages, en pervertissant les femmes.
-Les éléments de l’arrêt relatif au second cas ne permettent pas de déceler la cause du divorce demandé lui aussi par la femme, après 28 ans de vie commune de 1979 à 2007. Trois enfants nés entre 1981 et 1985, le plus âgé 27 ans, et le plus jeune 23.
Deux profils de couple presque similaire, l’un à Pau, l’autre à Besançon.

La pension alimentaire
-Le 1er cas comporte l’exercice de l’autorité parentale conjointe sur le dernier enfant âgé de 15 ans. La voyante demandait une pension mensuelle au motif de la disparité des revenus entre les ex époux. Ayant échouée à obtenir une prestation compensatoire. Chacun des ex époux supportant pour sa part contributive les échéances du plan de surendettement à apurer. Le juge ayant fixé à 400 euros la part mise mensuellement à la charge du père pour l’entretien et l’éducation de ses enfants. La voyante réclamait une seconde fois une prestation compensatoire de 40 000 euros sous forme de capital, au motif que son ex mari perçoit un salaire mensuel de 1 700 euros. Le juge déboutait la voyante de cette nouvelle demande en retenant que la voyante fait régulièrement de la publicité dans la presse pour son activité de voyance, sans fournir les éléments de revenus procuré par cette activité. Pour ce motif le juge déboutait la voyante de toutes ses demandes.

- 2e cas, la voyante sollicitait une pension mensuelle de 300 euros au titre du devoir de secours. Expression de l’obligation alimentaire entre les époux. Pour son attribution il est nécessaire que l’un des époux soit dans le besoin, et que l’autre ait des ressources suffisantes pour lui venir en aide. Le mari percevait 2 300 euros mensuels de salaire, la femme 863. Le juge relevait que la voyante s’était fait établir des cartes de visite avec la mention astrologie-cartomancie, à son téléphone fixe. Et que deux ans avant la séparation des époux, elle signait un bail à loyer mensuel de 305 euros. Loyers manifestement payés grâce aux  revenus tirés de l’activité de médium. Que pendant plus de 3 ans et demi elle n’a jamais sollicité l’aide financière de son ex mari, et que, quelque soient les facultés contributives de celui-ci, son ex femme voyante ne se trouve pas dans le besoin. La voyante était déboutée de ses demandes.

Deux cas relativement similaires ne permettent pas de déduire un profil assuré, étant donné la limitation des exemples. On observe toutefois que les unions longues ne prédisposent pas les voyantes à obtenir des pensions à leur profit. Divorcer ; à presque 30 ans de vie commune, n’est pas une solution économiquement profitable, notamment entre 40 et 50 ans.


Lire aussi l’article initial
Ce qu'il faut savoir


  

Fédération Américaine des Voyants et Médiums Certifiés®™
Organisme de bienfaisance déclaré incorporation le 23/12/2016 à New York C397197 California New York
L’AFCPM FAVMC diffuse gratuitement l’information sur les activités des divinateurs astrologues-voyants afin que le consommateur soit normalement informé et raisonnablement attentif et avisé vis-à-vis d’un bien ou d’un service.

The purposes to be pursued in this state are:
Helping, by free advices of counter intelligence, psychics, mediums, and astrologers victims and others victims of various forms of mental frauds. Using for that any kind of communication system. Help for people who needed The Shadow Walking.
Enregistrement inpi N°16 4 609 207 21/10/2016 CEO claude Thebault Plento 26-6 Kaunas 45400 Lituanie
Adresse électronique afcpm-favmc@astroemail.com  )370 65867382
L’AFCPM informe gratuitement les victimes des voyants, des médiums et des astrologues, ni frais de dossier, ni cotisation d’adhésion, ni honoraires, ni dépens, ni demande de dons, ni quête