mardi 17 janvier 2017

AFFAIRE DAVID MOCQ : RETOURNEMENT DE SITUATION











rebondissement inattendu: l'attitude trouble du faux voyant

L'histoire était jolie. Un faux voyant parisien agressé par un singe américain, se plaignait de voir son nom "diffamé" sur des sites avec le qualificatif de charlatan. Au second semestre 2016 des personnes formaient un comité de soutien. Ces personnes ont -vraisemblablement- été abusées. Car un document vient de surgir en apportant un trouble considérable. Le faux voyant recevait du singe de New York 5 étoiles au classement 2016. Alors à quoi rime toute cette histoire autour de son nom depuis le mois de juin 2016? Une campagne de publicité? Le singe de New York travaille en France avec un "bon ami" chargé de lui rabattre des proies pour son business de spécialités crémeuses à fort rapport financier. 

Tout portait à croire qu'un faux voyant était victime d'un américain de New York. Astroemail avait cependant des doutes, à raison du comportement trouble de plusieurs personnes, cadrant mal avec les faits. Catherine Lyr tout d'abord, présentée par l'inad comme une évaporée, alors qu'elle avait reçu l'ordre de fouiller dans les poubelles, pour permettre à l'Inad d'exploiter la moindre affaire contre astroemail, si Catherine Lyr en trouvait une. Le jeu  flou, et ambigu, de l'inad s'affirmant "association de consommateurs depuis 1987", mais n'ayant pour adhérents que des prestataires, contrevenant ainsi à l'agrément consommateur qu'elle est impuissante à justifier. L'arrivée impromptue du "bon ami de Paris", copain de l'Inad au cours de l'été, filleul de l'américain de New York pour la France.Un mélange des genres indigeste. Dans le lot "un petit ange" se disant honnête et sérieux, menteur de première force sur jouant la morale.

L'affaire débuta, classiquement, avec l'élévation d'un obscur de seconde zone à l'éclairage crémeux des classements américains. Le "bon ami de paris" rencardait New York sur les ambitions d'un faux voyant aux airs de petit ange, désireux d'obtenir un "bon" rang pour ses activités. New York gère depuis 2012 un système financier consistant à investir les moyens de communication afin de gérer, en qualité de "notoriologue", ou de "réputologue", les demandes médiatiques des prestataires en divination. Il estime son marché à 80 000 clients potentiels dans le monde. En proposant ses pratiques personnelles en fausses certifications. New York -en fonction de son business- décide de qui monte et de qui descend. Il suffit de payer pour cela. Le tarif, à la page, est connu.

C'est donc dans les conditions d'une "élévation" vers le ciel qu'un désaccord survint le 10 février 2016 entre New York et le faux voyant "petit ange". L'américain savait, sur la base des informations de son "bon ami parisien" que le faux voyant angélique souhaitait gagner quelques rangs afin d'intégrer, lui aussi, comme les autres, la crème de la crème, spécialité laitière new yorkaise. Le processus de baratement nécessite de recevoir pour cela un "diplôme". L'américain est traditionaliste comme à l'école. Il décerne des peaux d'âne que les récipiendaires peuvent encadrer ensuite sur leurs murs. Imaginons, un instant, sur un des murs du bureau du faux voyant angélique, ses 5 étoiles d'arbre de noël américain, décernées par New York. Vous voulez les voir? Regardez ci-dessous la copie de l'émail annonciateur- caché- de la bonne nouvelle, selon l'évangile de la divination. Retrouvé caché chez ce bon ange.




Comme il est discret, qualité rare, le faux voyant angélique cachait aussi la suite des transactions se rapportant à son"accession" à la dignité du 5e rang étoilé, après 15:53, le 02 février 2016 . Il espérait le 7e ciel. En cinq sept l'affaire de sa promotion s'assurait. L'américain aime les ambitieux, puisque sa spécialité consiste précisément à réaliser leurs rêves. Toutefois la soif de prétentions s’étalonne en fonction du prix de l'arrivisme. Début du désaccord entre l'américain, le faux voyant angélique, et le filleul parisien "bon ami" sur le montant du prix de l’entretien. Dans cette promotion 2016 -ajoutée- figurait notamment Blanche de Laurac. On devrait plutôt l'appeler souris de l'oracle vu les conditions grises, et opaques, de la promotion.

 φ claude thebault 15/01/2017




david mocq,new york,classement des voyants,guide de la voyance,ucef sissaoui,blanche de laurac,grise de l’oracle

DROITS INTELLECTUELS
le contenu de cet article est protégé par le régime du droit d'auteur
dont vous trouverez le détail à l'adresse. Reproduction interdite

CARACTERE PLURALISTE DE L'EXPRESSION DES COURANTS DE PENSÉE ET D'OPINION
les textes de ce site d'informations et de renseignements juridiques à caractère documentaire sont conformes à l'article 1er de la LCEN loi du 24 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique
Le droit français considère les arts divinatoires en qualité en qualité d'exercice d'escroquerie par activité selon la définition donnée au Dalloz Pénal 2017 en commentaire de l'actuel article 313-1 définissant l'escroquerie, page 1045, notice 153.
Le même commentaire était publié en notes de l' ancien article 405 escroquerie du code Pénal Dalloz -page 589 Dalloz code Pénal 1992- 

Ce site traite, la voyance ainsi que les pratiques des arts divinatoires, en qualité d'escroquerie dès lors que, contre argent, des actes destinés à persuader les crédules, de l'existence de pouvoirs oraculaires, sont engagés.

NOR: ECOX0200175L 
Version consolidée au 04 avril 2016 
TITRE Ier : DE LA LIBERTÉ DE COMMUNICATION EN LIGNE
Chapitre Ier : La communication au public en ligne.
Article 1 
I, II, III : Paragraphes modificateurs.
IV - Ainsi qu'il est dit à l'article 1er de la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, la communication au public par voie électronique est libre.
L'exercice de cette liberté ne peut être limité que dans la mesure requise, d'une part, par le respect de la dignité de la personne humaine, de la liberté et de la propriété d'autrui, du caractère plurialiste de l'expression des courants de pensée et d'opinion et, d'autre part, par la sauvegarde de l'ordre public, par les besoins de la défense nationale, par les exigences de service public, par les contraintes techniques inhérentes aux moyens de communication, ainsi que par la nécessité, pour les services audiovisuels, de développer la production audiovisuelle.
On entend par communication au public par voie électronique toute mise à disposition du public ou de catégories de public, par un procédé de communication électronique, de signes de signaux, d'écrits, d'images, de sons ou de messages de toute nature qui n'ont pas le caractère d'une correspondance privée.
On entend par communication au public en ligne toute transmission, sur demande individuelle, de données numériques n'ayant pas un caractère de correspondance privée, par un procédé de communication électronique permettant un échange réciproque d'informations entre l'émetteur et le récepteur.
On entend par courrier électronique tout message, sous forme de texte, de voix, de son ou d'image, envoyé par un réseau public de communication, stocké sur un serveur du réseau ou dans l'équipement terminal du destinataire, jusqu'à ce que ce dernier le récupère